La Coordination des Associations de Victimes de l' Amiante et des Maladies
professionnelles (CAVAM)



Blog de la CAVAM

http://www.amiantemaladieprofessionnelle.com/preview


REUNION DE BUREAU DECENTRALISEE A LUNEVILLE
LES 12 SEPTEMBRE 2018


 
UNE VOLONTE CONFIRMEE !
 
Après avoir tenu en fin 2017 une réunion de bureau décentralisée à Nîmes dans le Sud Est avec l’aide de nos amis du Gard Rhodanien et conformément aux décisions prises par le C.A.N. (conseil associatif national) le bureau du 12 septembre 2018 s’est déroulé à Lunéville (54) dans les locaux de l’ADDEVA 54 dont le président est B. LECLERC.
 
Au-delà de l’accueil chaleureux de nos amis de l’association, après une analyse de la situation générale dans laquelle nous nous trouvons et de ses incidences sur les victimes de l’amiante et autres cancérogènes, le bureau a travaillé sur plusieurs points d’actualité :
 
- le honteux « blanchiment du PDG d’AMISOL » par la cour de cassation alors qu’il est responsable « d’assassinats à effet différé » comme nous le disons … le blog a dénoncé cette décision dans sa dernière publication. (lire le blog CAVAM à ce sujet).
 
- les difficultés accrues des victimes avec nos associations à obtenir gain  de cause sur leurs dossiers de victimes (délais accrus, indemnisations, dossiers médicaux …)
 
- A propos de l’action du 9 octobre lancée par les organisations syndicales d’actifs et de retraités, l’examen de la situation faite aux victimes de l’amiante et autres cancérogènes en tous domaines (santé, retraite, indemnisations, prévention, justice …) a conduit notre CAVAM à appeler toutes les associations avec leurs adhérents à y participer en portant leurs propres revendications.
 
- L’élimination et l’éradication de l’amiante ont aussi été très présentes avec la création d’une commission qui a tenu sa première réunion le 4 septembre conduite par un nouveau membre du bureau (A. GUERET) animateur de celle-ci. Cette exigence de santé publique est validée par l’Europe (accélérer le désamiantage et interdiction d’enfouir ce poison …). Notre projet de « pôle public d’éradication de l’amiante » repris par plusieurs députés et sénateurs n’en a que plus d’importance … et vous pouvez vous le procurer en le demandant à la CAVAM !
 
- A propos du blog, il a vérifié la légère montée des abonnements (gratuits) et noté que des associations ventilaient à leurs adhérents par mail le contenu de ces informations. S’abonner rend l’accès à ses informations plus rapides … pensez-y !
 
- Le bureau a pu aussi vérifier « l’absence d’informations grand public » vis-à-vis de la CAVAM et de ses associations. On voudrait nous empêcher d’apparaître avec les revendications que nous portons qu’il n’en serait pas autrement ! Nous devons gêner quelque part ceux qui voudraient masquer tous les dégâts de ces poisons sur la vie de la population toute entière et les responsables !
 
D’autres points ont été abordés sur l’organisation, l’activité, les actions présentes et à venir… Ils   feront l’objet d’informations « blog » au fur et à mesure de leur mise en œuvre !

RENCONTRE AVEC LES ASSOCIATIONS DE LA REGION LE 13 SEPTEMBRE 2018
 
Le bureau de la CAVAM à l’écoute :
 
Après la tenue de son bureau du 12 septembre 2018 à LUNEVILLE, la réunion du 13 septembre revêtait un tout autre aspect puisque le but recherché était de faire participer des membres de conseils d’administrations d’associations de la région pour mieux avoir le ressenti du terrain par rapport aux orientations et décisions de la CAVAM et ce fut réussi !
 
B. LECLERC a présenté aux 16 participants l’activité de son association qui regroupe près de 1000 adhérents et traite environ 100 dossiers par an. Il cite également l’aide apportée à d’autres associations ou syndicats C.G.T. à l’exemple de celle de BELFORT dont les représentants sont présents ce jour. Il notait le succès en appel avec le cabinet T.T.L.A. d’agents E.D.F sur l’anxiété … une première !
 
R. VINCENT a fait ensuite un rapide tour d’horizon sur la situation générale montrant tout à la fois :   - l’ampleur des attaques du tandem MEDEF/MACRON contre tout ce qui constitue le tissu social de la France ; les contaminés et victimes ou ayants droit n’échappant pas aux coupes claires dans leur quotidien (salaires, retraites, pensions, accès à la santé …)
 
- La fébrilité des mêmes face à la résistance sociale dans les entreprises (nombreux succès locaux) et en dehors, les affaires (Benalla), les départs (Hulot, Fleyssel …) montrant que ces despotes peuvent être bousculés si les rassemblements nécessaires se réalisent dans les luttes à venir … d’où l’importance de la proposition aux associations d’agir elles aussi pour défendre leurs doléances et revendications le 9 octobre 2018 avec les organisations syndicales.
 
Les associations régionales avaient alors la parole et donnaient leurs avis et propositions dans un ordre un peu différent de l’habitude, montrant ainsi la montée de nouvelles priorités … L’éradication de l’amiante est venue en premier montrant la volonté d’en finir avec ce poison d’autant que l’Europe s’est clairement positionnée sur le désamiantage, l’interdiction d’enfouissement et la nécessité de vider les « casiers ».
 
Les associations validaient ainsi la décision de la CAVAM de créer une commission interne sur le sujet et d’amplifier les contacts à tous niveaux et partout pour faire connaître la plaquette « du pôle public d’éradication de l’amiante ». Comme l’indiquait A. GUERET « les questions viennent de partout » particuliers, collectivités, artisans … et nos questions aux députés et sénateurs sont reprises dans les assemblées … il va falloir que cela bouge et le projet de BERGERAC sur la destruction de l’amiante (chimique) est une voie qui s’ajoute à la torche à plasma.
 
L’inquiétude est néanmoins perceptible par rapport à l’accord Europe CANADA – le C.E.T.A – et la décision de TRUMP de réintroduire l’amiante dans certains secteurs aux Etats Unis. Nous n’en avons pas fini avec ce poison pour les vies mais « si bénéfique pour les profits »
 
L’autre point amené par nos amis présents a porté sur les dossiers et la justice, mélangés dans les débats tant les mauvais coups viennent de partout : Le PDG d’AMISOL relaxé, les délais de reconnaissance des M.P. allongés, les dossiers médicaux dans les mains des employeurs, les dangers des comptes AMELI, la restructuration des tribunaux, l’anxiété …
 
Les participants ont approuvé la participation à l’action du 9 octobre et ont proposé que soit débattu au C.A.N. du 17 octobre l’idée d’une action de la CAVAM en 2019. Les explications devant partir de nos besoins ….
 
Un dernier point est venu sur la nécessité de mieux utiliser en interne comme vers le public les outils dont nous disposons déjà après seulement 2 années de vécu CAVAM : le T.U. , les fiches vers le PLFSS, la plaquette éradication de l’amiante, le blog CAVAM … Un souci à faire partager par toutes les associations.
 
3 heures d’échanges qui vont se poursuivre lors du C.A.N. et qui peuvent être repris sous forme de questions et de propositions par toutes les personnes intéressées par le biais du blog ou  toute autre forme de contact.
  
                                 
 Les présidents de l'adeva 52 et adevam belfort         en pleine réunion de travail               et cela finit toujours par de la convivialité  
 

 
                                                    

les présents assidus pendant la présentation

LE 15 JUIN 2018 RENCONTRE AVEC DES ONCOLOGUES DE L'HOPITAL DE LYON
LA CAVAM RENCONTRE 2 responsables de l’ESPIC ( structure privée) dans l’hôpital Léon BERARD de LYON !
En dire quelques mots pour notre blog mérite au préalable de dire la qualité de la préparation et de l’organisation de cette rencontre :
De l’accueil des amis des associations au départ collectif vers l’hôpital jusqu’aux problèmes d’intendance … tout a été réussi et nous pouvons remercier le CAPER Nord Isère, ses bénévoles et sa secrétaire pour cette « prestation » qui nous fait penser que l’A.G. de 2019 pourrait se tenir sur ROUSSILLON si nos amis confirment les premiers échanges que nous avons eus à ce sujet 
 
Il en a été de même avec le médecin du centre L. BERARD, le Dr CARRETIER (docteur en santé publique) qui nous a facilité l’accueil et remis une documentation intéressante au début des travaux introduits par Mme Béatrice FERVERS oncologue de ce centre de consultations sur les cancers notamment professionnels qui s’est félicitée du nombre important de participants.
 
Mais la présentation a montré que les contacts du centre avec les associations n’était pas une priorité ….
 
Le cadre général montrant qu’il y avait eu en 2017 400 000 cancers de connus en France. Dont le 1er facteur serait l’âge des personnes (25%)   ce qui a interpellé l’assistance … ?
 
Abordée également la finalité des 22 tableaux élaborés à partir des consultations … qui pourraient soutenir ou permettre de créer de nouveaux tableaux du R.G. suivis par l’INRS.
 
La limite des résultats de cohortes (organisées en dehors de tout contact avec les associations) …etc  
 
Les associations présentes avaient noté la participation de maître Marie FLEURY du cabinet TEISSONNIERE qui a participé aux échanges.
 
Certes les 52 participants de nos associations qui ont apprécié cette rencontre n’avaient qu’une idée assez vague de l’activité de ce centre et de l’approche des cancers dans ses différentes dimensions. Mais très vite,
A l’image de G. ARNAUDEAU, les questions et les situations vécues ont fusé. Donnons en quelques exemples :
- N’y aurait-il que 5% des cancers d’origine professionnelle ((20 000 sur 400 000) ?
- sur les questionnaires, où en est la charte des maladies professionnelles qui devait être la même partout 
- quel lien entre l’amiante et le cancer du rein ?
- comment peut-on aborder les expositions multifactorielles (poly-exposition) 
- l’uniformisation des appellations des cancers qui devraient répondre au contenu des tableaux et être connus de tous (des patients aux CPAM et autres professionnels de santé)….
 
L’attention des participants a aussi été attirée sur la question de cancers très agressifs dont ceux résultant de la consommation du canabis (ou autres drogues).
 
Trop d’exemples de cancers ont été rattachés au tabac (discours trop connu chez nous malheureusement).
 
Les membres du bureau de la CAVAM présents ont confirmé le besoin de discuter de cette rencontre et de ses suites possibles lors d’un bureau physique.
 
En tous cas, ce qui a été proposé pour cette rencontre doit nous permettre de mieux appréhender le futur proche et d’en tirer des conclusions … certains points viendront enrichir le programme de formation des pathologies professionnelles autres que l’amiante.
 
Et toujours le moment de convivialité (la table de la cavam aquitaine)

POLE PUBLIC D'ERADICATION DE L'AMIANTE
MOTION VOTEE LORS DE L'ASSEMBLEE EN DIRECTION DE

- ministre du travail et de l'emploi
- ministre des solidarités et de la santé
- ministre de l'économie et des finances
- Mr Hutin président de la commission amiante au sénat

http://cerader24.wifeo.com/documents/motion-cavam-pour-un-pole-public-d-eradication-de-l-amiante-docx.pdf


PREMIERE ASSEMBLEE GENERALE LES 26 ET 27 MARS 2018

                            
    les membres du bureau                                  la nouvelle commission éradication                                                             l'assistance 
1ère  A.G. de la CAVAM à MONTREUIL
 
Notre association CAVAM a tenu sa première assemblée générale les 26 et 27 mars 2018 dans les locaux mis aimablement à notre disposition par le FNIC CGT et pour une première, ce fut un réussite puisque 18 des 24 associations composant la CAVAM étaient présentes représentant la quasi-totalité des adhérents (près de 9000). Seules de petites associations n’avaient pu faire le déplacement, ce que nous avons regretté.
Après le rapport d’introduction à la discussion présenté au nom du bureau par G. ARNAUDEAU, Pierre RINALDUZZI n’a eu aucun mal à lancer les débats puisque sur les 2 jours ce sont plus de 50 interventions qui ont été faites par les associations :
 
Les différents thèmes proposés :
 
- Situation générale et actions contre toutes les casses du couple MEDEF/MACRON avec leur impact sur nos amis contaminés et victimes de l’amiante et autres cancérogènes.
- Spécificités de l’action CAVAM validant sa création
- Etat d’organisation et finances de la CAVAM pour 2018 et vers 2019 présenté par Christiane VINCENT
- l’alimentation du blog en information émanant de toutes les associations et des régions ainsi que le besoin de le faire consulter. Dans cette partie de la discussion, le rôle important des « régions organisées » a été rappelé dans toutes ses dimensions
- Direction de l’association nationale et arrivée d’un nouveau membre au bureau et le besoin d’une suite rapide.....
- La très importante question de notre revendication d’un « pôle public de l’éradication de l’amiante » qui a fait l’objet d’un long débat qui s’est terminé par la mise en place d’une commission « éradication » pilotée par un membre du bureau. La plaquette 4 pages étant à diffuser le plus possible.
- Une partie des travaux a été consacrée à l’ACAATA (présenté par Bernard LECLERC) et au travail du cabinet d’avocats représenté par F. LAFFORGUE. Le « préjudice d’anxiété » a été largement développé.
 
Les rapports d’ouverture et les débats se sont terminés par un vote d’accord unanime
Le rapport organisation/finances et les décisions qui en découlent également.
 
Des décisions d’actions :
 
-  participation à la journée d’action du 19 avril en diffusant nos propres revendications au cours des manifestations.
- envoi d’une motion des présidents de toutes les associations de la CAVAM à différents ministères sur l’éradication de l’amiante et le « pôle public avancé »
- sollicitations de tous les élus quelle que soit leur étiquette sur ce pôle et aussi sur nos fiches porteuses de propositions en direction du PLFSS. Cette question doit atteindre l’hémicycle… Il y a URGENCE !
- action sur le pénal lors de l’appel contre les décisions de « non-lieux » véritable insulte faite à toutes les victimes et en particulier aux veuves ! NON au « permis » de tuer qui serait ainsi délivré aux empoisonneurs.
- de résistance à l’OMERTA patronale et gouvernementale visant plus spécifiquement notre CAVAM dont les positions et propositions dérangent !
 
La synthèse des travaux proposée par René VINCENT a permis de fixer quelques points prioritaires pour l’immédiat et le futur sur le fond de classe de nos travaux. L’accord des participants sur les points précédents facilitant les conclusions.
 
Le repas fraternel pris en commun au restaurant de la C.G.T. le 26 au soir a permis une mise en connaissance de nombreux amis, des échanges complémentaires aux débats de l’après-midi et des prises de contacts intéressants pour le futur.

                                

et n'oublions pas un moment important de convivialité


REUNION DU CAN DU 20 FEVRIER 2018

http://cerader24.wifeo.com/documents/compte-rendu-can.pdf

MOTION DE SOUTIEN AUX ACTIONS DES 15 ET 22 MARS

TOUS DANS LES RASSEMBLEMENTS ET LES MANIFESTATIONS
Les associations de victimes de l’amiante et des maladies professionnelles adhérentes à la CAVAM, réunies ce jour en conseil national constatent combien la vie devient de plus en plus difficile pour leurs adhérents, qui subissent tout à la fois
-          Les conséquences physiques, morales et sociales de leurs expositions aux cancérogènes durant  leurs vies professionnelles.
 
-          Les méfaits des politiques austéritaires et libérales conduites par les gouvernements successifs, amplifiées par MACRON/PHILLIPPE, avec comme point d’orgue la casse de la protection sociale, celle des services publics et une attaque sans précédent contre le pouvoir d’achat des retraités avec une augmentation d’1,7 point de CSG à partir de janvier 2018.
Chacun fait ses comptes et constate avec amertume que son net à payer inscrit sur le bas de son titre de pension de janvier est en net recul sur le mois précédent.
C’est de l’argent qui va manquer pour assurer le quotidien, faire ses courses, payer ses factures, se divertir, « gâter » les enfants et petits enfants.
La colère est d’autant plus grande que chacun garde en tête les 50 MILLIARDS annuels de CICE octroyés au patronat, quand dans le même temps, les « premiers de cordées » si chers à MACRON participent pour une large par à l’évasion fiscale qui impacte les finances publiques de près de 80 milliards d’euros par an.
Le « président des riches » (même s’il s’en défend) a choisi son camp depuis longtemps et conduit une politique tout à leur avantage… mais rien n’est inéluctable. D’autres que lui ont du reculer dans le passé devant l’ampleur des mouvements sociaux sans lesquels, rien n’a jamais été arraché au patronat et obtenu pour les travailleurs.
Devant cette constance des luttes des classes, les dirigeants de la CAVAM n’ont jamais conçu leur activité en vase clos mais bien en lien avec les besoins sociaux des salariés actifs, chômeurs et retraités.
Dans le prolongement de leurs positionnements antérieurs, ils appellent  toutes les associations avec leurs adhérents à prendre part aux initiatives de luttes et journées nationales d’actions syndicales programmées pour les jours et semaines à venir.
Il en est ainsi des jeudis 15 mars et 22 mars
qui doivent se traduire par des rassemblements et des manifestations locales de grande ampleur, afin d’imposer d’autres choix économiques et sociaux porteurs de progrès social pour tous.
                                                                                                                                           
            

CET EXPERT RÉPUTÉ DE L’AMIANTE, MEMBRE D’UN LOBBY, N’AURAIT JAMAIS DONNÉ L’ALERTE – LES JUGES ACCUSÉS DE PARTIALITÉ




DECLARATION SUR LE PENAL

Procès pénal :
Ils sont disqualifiés
 
S’il restait un doute il est dissipé par l’article argumenté publié le 19 février par MEDIAPART.
Les juges d’instruction  JOLIVET, BERNARD et ROBINSON en charge de l’amiante au pôle judiciaire de santé publique du tribunal de grande instance de PARIS s’emploient depuis des mois et des années à instruire à décharge pour enterrer le dossier pénal de l’amiante !
Leur but inavouable et peu glorieux est de soustraire à la justice les responsables du crime industriel qui fait encore 3000 morts par an ! 100 000 morts officiellement annoncés d’ici 2050
S’ils parvenaient à leur fin, les employeurs et le MEDEF se verraient accorder un « permis de tuer » en toute légalité et pourraient ainsi  continuer à s’affranchir de la prévention qu’ils se doivent d’assurer à leurs salariés dans l’exercice de leurs fonctions
 
POUR CES JUGES : POINT DE RESPONSABLES ET DE COUPABLES
 
Le médecin du travail de FERODO-VALEO Claude RAFFAELLI, de triste mémoire pour les habitants de Condé sur Noireau, membre patenté du CPA, ami intime des industriels de l’amiante a   failli à ses missions et au respect de la déontologie médicale : celles d’éviter toute altération de la santé des travailleurs du fait de leur travail, notamment en surveillant leurs conditions d’hygiène au travail, les risques de contagion et leur état de santé.
 
Qu’importe ses carences volontaires et son silence criminel quand par dizaines et dizaines les travailleurs de la « vallée de la mort » s’empoisonnaient puis disparaissaient pour cause d’inhalation d’amiante !
A l’instar des « trois petits singes », RAFAELLI ne voyait rien n’entendait rien, ne disait rien de l’amiante et de ses méfaits qu’il ne pouvait ignorer, lui qui était un référent théorique et clinique, « expert » de l’amiante.
Il a couvert l’inacceptable, et s’est rendu complice de ses employeurs à la tête de FERRODO-VALEO, mais les juges ne l’entendent pas ainsi !
Qu’importe également ses trois courriers adressés au professeur BROCHARD pour le dissuader de publier un article dans lequel il entendait démontrer que « l’usage contrôlé de l’amiante » prôné par le CPA n’empêchait en rien le développement de pathologies !
 
Mais, comme au temps du C.P.A., le MEDEF et ses soutiens entendent obtenir « LA LOI DU SILENCE » si chère à SARKOZY et soutenue par MACRON « il faut dépénaliser le droit des affaires » (juillet 2010 à St NAZAIRE) !
 
Tout cela  et bien d’autres choses encore,  est contenu dans les dossiers de l’instruction mais les juges n’en n’ont cure. Leur instruction du dossier, entaché de positions partisanes, jette le discrédit sur la magistrature et heurte de plein fouet la sensibilité des victimes et de leurs familles qui attendent depuis 20 ans que justice leur soit rendue !
Maintenant çà suffit !
Devant un tel scandale judiciaire qui n’a déjà que trop duré les avocats des victimes ont décidé, avec leur accord de déposer une procédure visant à récuser ces magistrats. C’est une procédure exceptionnelle qui s’appuie sur du factuel et qui témoigne d’un raz le bol bien légitime ressenti par les victimes et leurs associations. Une procédure d’exception que partage et soutien la CAVAM et ses associations.
D’ailleurs, la colère monte dans toute la population qui s’émeut de l’utilisation massive des cancérogènes industriels tels l’amiante (benzène, pesticides, triclho, … etc) une réelle vision de l’écologie « de classe » se fait jour (médiator, lactalys …). La CAVAM a étendu son action contre ces maladies et la disparition de ces poisons ! !
 
                                                                                                                          

NOTRE OBJECTIF : CREATION D'UN POLE PUBLIC D'ERADICATION DE L'AMIANTE


http://cerader24.wifeo.com/documents/projet-pole-eradication.pdf

EN FINIR AVEC CE POISON D'AMIANTE : LETTRE AU PRESIDENT MACRON 

http://cerader24.wifeo.com/documents/20-02-18-lettre-cavam-macron.pdf



 
 
 
 
 



Créer un site
Créer un site